vendredi 19 août 2011

Happy Birthday Pitchfork !


Que l'on aime ou que l'on déteste leur système de notation à la virgule près, Pitchfork a de près ou de loin toujours eu une influence sur la personne souhaitant se cultiver musicalement, en faisant défiler leurs classements, répertoriant le meilleur de chaque année, chaque décennie. Pitchfork ouvre l'esprit et nourrit tous ceux qui sont avides de tout connaître, chaque artiste, chaque époque. Qui n'a jamais été fier de voir une de ses chansons préférées figurer dans le haut de leurs classement ?

Crée à Minneapolis en 1996, Pitchfork Media fête en grandes pompes ses 15 ans Au fil des années, le magazine musical qui s'est spécialisé dans la critique de musique indépendante s'est bâti une opinion faisant foi sur le Web, influençant blogs et autres magazines (Les Inrocks, NME). Ses chroniques sont aujourd'hui aussi surveillées que celles de Rolling Stone, démontrant l'importance prise par Pitchfork durant cette décennie. Le site a permis l’émergence de nombreux artistes grâce à leur bonne exposition sur le site : Arcade Fire, Bon Iver, Cod War Kids, M83 et tous les artistes chillwave, Washed Out et compagnie (nous y reviendrons prochainement), et soutenant contre vents et marrées des artistes comme Beck ou LCD Soundsystem, qui ont même fait leurs adieux sur Pitchfork.

Et ça énerve. Car Pitchfork a un avis sur tout ou presque, que ce soit sur le dernier album Madonna ou sur le dernier son de Danny Brown. Car Pitchfork classe tout, comme TF1. Car ses notes peuvent paraître quelques fois exagérés (un 10/10 pour le fameux My Beautiful Dark Twisted Fantasy, classé meilleur album de l'année 2010, ou un piètre 2.1/10 pour la dernière mixtape des Chiddy Bang qui tient pourtant très bien la route). Ca énerve tellement qu'on revient souvent, voir tous les jours, lire leurs chroniques merveilleusement bien écrit, dignes de Shakespeare et Milton, utilisant moultes figures de style pour une simple chronique. Exemple :

There's something intuitively dead-on about the German duo's exquisite production, the way their sinuous melodies and weedy synth riffs slide like plasma over the surface of their thick grooves, as if all recent German house and techno had been distilled into a single, charming sonic signature.

Alors longue vie à Pitchfork et leurs critiques impertinentes et leurs classements parfois injustes !

pitchfork15

En bonus, voici la liste des Pitchfork Song of The Year depuis 2003 :


Outkast - Hey Ya ! (2003)


Annie - Heartbeat (2004)


Antony & The Johnsons - Hope There's Someone (2005)

 
Justin Timberlake - My Love (2006)


LCD Soundsystem - All My Friends (2007)


Hercules and Love Affair - Blind (2008)


Animal Collective - My Girls (2009)


Ariel Pink's Haunted Graffiti - Round and Round (2010)
.
.

0 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Instragram

Instagram
Une erreur est survenue dans ce gadget
The CoolDentist Copyright. Fourni par Blogger.