dimanche 6 novembre 2011

Il y a 10 ans, Murder Inc.


I'ma murderer and murdering anything that moves
Through ya nine niggas
Straight do or die niggas
Caught up and fall victim to the worst shit
X, Jigga, and Ja as expected
Shot on the world and reflect it
Niggas don't respect it
So get it the worst way
Fuck with the wolves you get hunted like prey


Laissons de côté le temps d'un article la dictature du bon goût et de la hype pour se laisser aller à quelques souvenirs du début du siècle. Parce que je suis sûr que toi aussi, il y a 10 piges, tu ne jurais que par Ja Rule et Ashanti et leurs tubes mielleux, imparables et bronzés, mélange peu audacieux de Hip-Hop, de R&B et de samples archi-grillés.

En 3 ans et plus de 30 millions d'albums vendus, le label Murder Inc, sous-division de Def Jam et vértiable machine à cash dirigée par Irv Gotti qui avait signé les deux artistes, a inondé les ondes des radios avec des chansons comme Always On Time, Mesmerize ou Livin' It Up, qui rappeleront de nombreuses anecdotes à tout ceux qui écoutaient ces sons sur Skyrock et 97.8 Ado (Ado Adoooo !) ou sur leur lecteur Windows Media ou Winamp. Le label enchaîne les #1 et les collaborations, dont les fameux remixes de I'm Real et Ain't It Funny avec une J.Lo au top de sa carrière. Mais si les carrières de Ja Rule et d'Ashanti ont culminé aux sommets, Irv Gotti n'a jamais réussi à lancer les carrières de ses artistes outsiders Cadillac Tah, le frère du rappeur star, et Charli Baltimore, qui n'auront jamais sorti leurs albums, ni à faire décoller la carrière de leur chanteur Lloyd, qui cartonne depuis sont arrivée chez Interscope. Les soucis avec le FBI à propos du financement du label à ses débuts liés au trafic de drogues auront finalement raison de Murder Inc. Le label ne se remettra pas non plus des beefs répétées avec 50 Cent, laissant le gangsta rap de ce dernier et de son label G-Unit imposer ses règles dans les charts entre 2003 et 2007.

Le Rap Game n'est en effet qu'une histoire de cycle où un label impose sa suprématie sur les autres. Avant Murder Inc, Bad Boy Records dans les années 90 avait imposé un style Hip-Hop R&B et un modèle de business et de développement porté par des artistes comme Faith Evans, la First Lady du label, 112, Mase, Carl Thomas, Total et bien sûr le plus fameux de tous, Biggie. Un groupe uni et soudé autour du pater, Puff Daddy, qui gérait le label d'une main de maître. La mort tragique de Notorious BIG marquera le début d'une longue agonie pour le label new-yorkais et la fin de sa domination... au profit de Murder Inc. L'histoire est donc un simple recommencement, les dernières années ayant vu l'ascension irrésistible de Young Money Entertainement et de ses artistes phares Lil Wayne, le boss du label, Drake et Nicki Minaj qui ont placé 5 de leurs albums en tête du Billboard depuis 2008. La donne n'est pourtant pas prêt de changer de si tôt, au vu des différents projets qui s'annoncent cette fin d'année et pour 2012 : Take Care de Drake, Don't Get It Twisted de Lil Twist, Careless World de Tyga, I'm Not A Human Being II de Lil Wayne et le deuxième album de Nicki Minaj. On est certes bien loin de la domination sans partage des exemples cités plus haut.

Dix ans après leurs premiers succès, la page de Murder Inc. est définitivement tournée, ses artistes et ses tubes appartenant à jamais à l'histoire de la culture urbaine et à la mémoire collective avec un peu de nostalgie, mais sans regrets.


 






.
.

0 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Instragram

Instagram
Une erreur est survenue dans ce gadget
The CoolDentist Copyright. Fourni par Blogger.