samedi 31 juillet 2010

Ben l'Oncle Soul


La Soul Music n'a jamais intéressé les Français. On peut quelque fois s'taper Sexual Healing de Marvin Gaye et Think d'Aretha Franklin à la radio, mais malheureusement on s'arrête là. D'ailleurs, les artistes soul français ne sont pas vraiment légion. On pourrait citer de tête Mister Nov, China Moses ou les Nubians. Trop longtemps assimilé au R&B, genre lui-aussi plus que dénigré en France (Tragédie et Willy Denzey sont passés par là...), la Soul Music n'a jamais percé.

Alors quand le premier album studio de Ben l'Oncle Soul, de son vrai nom, Benjamin Duterde, est sorti en mai, on a cru en une petite révolution dans le paysage musical français. Un artiste soul français, qui passe à la télé, ça n'était jamais arrivé. Plus qu'un symbole, Ben l'Oncle Soul est signé chez Motown France. Après la chanteuse Vitaa et le fabuleux groupe Hocus Pocus, Diam's, directrice de Motown France, donne la chance à des artistes apportant une autre facette à la musique urbaine, loin des clichés R&B-bling-bling ancrés dans l'esprit des gens (Vitaa n'était pas concernée par cette dernière phrase).

Ben l'Oncle Soul soigne le fond comme la forme, pour ce premier essai. La pochette d'album, esthétique, tout comme les photos inspirées des anciennes réclames, nous plonge directement dans le passé.
A grand renfort de choristes, de cuivres et de vibraphone, Ben l'Oncle Soul soigne l'ambiance de l'album. On passe Seven Nation Army, déjà présent sur son premier maxi Soul Wash, composé de reprises (cette dernière n'est d'ailleurs pas la meilleure). On est par contre séduit par la fraîcheur de Soulman, de Petite Soeur, et son refrain digne des Four Tops, et de Mon Amour, véritable pépite de l'opus, et son intro très orchestrale. Ray Charles, sort de ce corps !
Les bons songwriters français étant très rare, on reste plus que charmé par la plume de Ben l'Oncle Soul, fluide, incisive et spontanée. Et c'est même dans la langue de Molière que le chanteur s'illustre le mieux.

Le reste de l'album explore tous les chemins de la Soul Music. On passe de la Southern Soul avec le très sombre L'Ombre d'un homme au plus jazzy Demain j'arrête, en passant par de jolies ballades comme Lise, digne des Smokey Robinson & The Miracles, ou Back For You, sans oublier le classique piano/voix avec Partir. Ben l'Oncle Soul s'essaye à tout, avec réussite.

Sans douter de la sincérité et de l'authenticité du chanteur, difficile, en pleine période Soul revival, de ne pas comparer l'album de Ben l'Oncle Soul aux précédents essais de Raphael Saadiq, Amy Winehouse, Duffy ou encore Mayer Hawthorne, qui ont bénéficié de l'effet nouveauté (façon de parler).
Ne crachons pas pour autant dans la soupe, Ben l'Oncle Soul nous livre un très bon album, qui, à défaut d'être surprenant, reste agréable à l'écoute. En espérant que cet album ouvrira des portes à d'autres artistes Soul en France...




.

1 commentaires:

Candy Rosie a dit…

Aha comme il est gentil !
Oui j'ai finalement gardée les deux vu le prix :)
bisouss

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Instragram

Instagram
Une erreur est survenue dans ce gadget
The CoolDentist Copyright. Fourni par Blogger.