samedi 31 décembre 2011

Petite histoire du Mackintosh Duncan


If the rain comes they run and hide their heads.
They might as well be dead.
If the rain comes, if the rain comes.


Je ne sais pas pour vous, mais je rêve de certains vêtements en me disant "je les achèterai quand je serai dentiste". Comme une belle paire de souliers John Lobb ou Berluti (ou d'escarpins Louboutin pour une femme),  l'imperméable Mackintosh entre dans cette catégorie.

Charles Macintosh, inventeur et chimiste écossais, brevète son invention de tissu imperméable en 1823, obtenue par dissolution du caoutchouc dans du  naphte porté à ébullition. La matière imperéable prendra le nom de l'inventeur avec un "k", Mackintosh, devenu aujourd'hui un nom générique en anglais signifiant "imperméable".
Le premier manteau Mackintosh est produit dans la fabrique de textile familiale, Charles Macintosh and Co. à Glasgow. En 1880, la fabrique fusionne avec la compagnie de textile de Thomas Hancock à  Manchester. Hancock effectue également des tests sur le tissu et le caoutchouc depuis 1819. En effet, les premiers manteaux imperméables ont des problèmes d'odeurs fortes désagréables, de rigidité et ont tendance à fondre par forte chaleur mais Hancock améliore la fabrication du tissu en brevetant une méthode de vulcanisation (procédé chimique qui rend le matériau plus élastique et moins rigide) en 1843 qui lui permet de résoudre ces problèmes. Symbole de l'industrie britannique rayonnante sur le monde, la compagnie continue de produire des vêtements imperméables à travers les 19ème et 20ème siècles. La marque échappe de peu à la délocalisation dans les années 90. Rachetée par Daniel Dunko, Mackintosh conserve son usine historique de Cumbernauld, près de Glasgow, et se reconcentre sur les manteaux de luxe.

Son modèle emblématique, le Duncan, conserve le tissu de caoutchouc vulcanisé d'antan qui recouvre une double couche de coton drapé et structuré, donnant à l'imperméable une étanchéité et un confort incomparable. Chaque Duncan est fabriqué à la main par un coatmaker, qui s'engage dans un apprentissage de trois ans afin de répondre à des critères d'exigence et de technicité qui n'ont pas changé depuis le 19ème siècle. Chaque couture est collée à la main puis scellée pour une imperméabilisation parfaite, ne laissant pas la moindre chance aux gouttes d'eau téméraires. Pour la ventilation, le Duncan dispose de cinq rivets en laiton sous chaque enmanchure, détail emprunté aux manteaux d'équitation. Enfin, dernier détail mythique du Duncan, ses boutons en corne et noix de corozo polis et gravés du nom de la marque. Mackintosh nous permet même de personnaliser son Duncan Raincoat en ajustant par exemple la taille du col, ainsi que sa matière et sa couleur. Sans compter les très réussies collaborations avec des designers de mode, tels que Kitsuné ou A Bathing Ape.


Plus exclusif qu'Aquascutum, moins high-fashion que Burberry, les deux marques revandiquant la paternité du trench-coat, Mackintosh a ce côté intemporel et british gentleman que ces concurrents n'ont pas. L'imperméable Mackintosh est incontestablement une pièce que tout homme se doit de posséder par temps pluvieux, en plus de son parapluie London Undercover




Mackintosh Duncan

Kitsuné x Mackintosh


A Bathing Ape x Mackintosh Jacket
A Bathing Ape x Mackintosh


Bape x Mackintosh Coat
A Bathing Ape x Mackintosh


Junya Watanabe x Mackintosh
.
.

0 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Instragram

Instagram
Une erreur est survenue dans ce gadget
The CoolDentist Copyright. Fourni par Blogger.