mardi 17 juillet 2012

Petite histoire de la Paraboot Morzine



Puisque les médias nous bassinent avec le fameux "Made in France", parlons aujourd'hui de Paraboot, une marque centenaire dont la production est toujours localisée dans l'Hexagone, à Izeaux et Fures dans l'Isère. 


Rémy Richard, fils de paysans, et ouvrier dans un atelier de production de son village, décide d'ouvrir sa propre boutique en créant ses propres modèles. Lors d'un voyage aux Etats-Unis, Rémy Richard découvre les boots en caoutchouc. Lui vient alors l'idée d'allier le cuir et le latex afin de fabriquer des chaussures inusables. Paraboot est né et va grandir très vite, sous le direction du fils Julien à partir de 1945 puis du petit-fils Michel depuis 1979. Qualité et durabilité sont toujours au rendez-vous et confère à Paraboot toute sa réputation. Avec 650 salariés et trois usines, Paraboot est l'un des fleurons de la chaussure française mais le choc pétrolier des années 70 met l'entreprise familiale dans une conjoncture économique et sociale difficile. La production est restructuré mais la baisse du cours du dollar et du yen mettent à mal les exportations vers les Etats-Unis et le Japon. 

Le succès revient cependant au début des années 80. La mode italienne plébiscite le casual chic, la veste en tweed, le pantalon en velours et des chaussures plus matérielles. Les ventes de Paraboot, et surtout celle de la Michael, s'envolent et la première boutique parisienne ouvre en 1987.

S'il est vrai qu'aujourd'hui, les chaussures Paraboot sont souvent taxés de "chaussures à papa" dans nos contrées, voir de "chaussures à papi", elles rencontrent un succès notable hors de nos frontières, et notamment au Pays du Soleil Levant, friands de produits de qualité, à tel point que la marque française a collaboré l'an passé avec United Arrows et Beams. Et croyez-moi, en matière de style, il faut toujours faire confiance aux japonais et à son grand-père (un peu moins à son père) !

La Morzine (et la Michael, version simplifiée de cette dernière qui illustre cet article), qui tient son nom d'un village de Haute-Savoie, est l'un des modèles incontournables de la marque Paraboot. Le style est rustique, les lignes de la "grosse godasse à gros bourrelet" semblant à première vue peu élégantes, trahissant ses velléités outdoor. L'une des caractéristiques de la Morzine est le montage en cousu norvégien, technique utilisée pour les chaussures de montagne qui conférait à la chaussure une robustesse et une étanchéité maximale grâce à une trépointe qui reliait en double piqûre le dessus de la chaussure à la semelle ainsi qu'un garnissage liège inséré entre le montage de cuir et la semelle, assurant un confort maximum. La technique permettait de puis le ressemelage pour une utilisation maximale de la chaussure.

 

Paraboot est aujourd'hui le seul fabricant au monde à concevoir ses propres semelles en latex, gage d'une qualité rarement égalée. 200 artisans fabriquent 350000 paires de chaussures par an sur ses deux sites français. La tendance workwear et durable se propageant, il ne serait pas curieux que Paraboot devienne incontournable dans les mois à venir, au même titre que les américains Red Wing et Yuketen. La Michael est en vente sur Paris chez Royal Chesse et dans les boutiques Paraboot.


Pitti Uomo, laboratoire des futures tendances

0 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Instragram

Instagram
Une erreur est survenue dans ce gadget
The CoolDentist Copyright. Fourni par Blogger.